• Pour qui roule le FMI ?

    Créé par les accords de Bretton Woods en 1944, le Fonds Monétaire International est aujourd'hui aussi incontournable qu'impopulaire. Accusé d’être le fer de lance du néo-libéralisme dans les années 80 puis d’être au service des intérêts des pays riches au détriment des émergents. Le FMI vient pourtant de réformer son système de gouvernance. Au service de quels intérêts et de quelle politique ?

    Le FMI s'ouvre aux pays émergentsLe FMI s'ouvre aux pays émergents  Crédits : REUTERS/Kim Kyung-Hoon

     

    Le 18 décembre dernier le Congrès américain a finalement donné son feu vert à la réforme du FMI. Une réforme annoncée il y a six ans déjà et attendue avec impatience par les pays émergents. La Chine, l’Inde, le Brésil et la Russie disposeront désormais de pouvoir de vote élargi au sein du conseil d’administration. Il faut dire que le système de décision n’est pas particulièrement démocratique au FMI. Le droit de vote dépend des fonds versés. Autrement dit plus vous êtes riche, plus votre pouvoir est important. Mais finalement, que changera cette réforme à la politique du Fonds ?

    Si le FMI sert parfois les intérêts de ses plus gros actionnaires ce n’est pas la principale critique qui lui est faite. Bête noire des alter-mondialistes dans les années 90 et surtout après la crise argentine de 2001, l’institution est surtout accusée d’être le fer de lance des politiques néo-libérales.

    Et pourtant le Fonds évolue, sur sa philosophie comme sur ses règles de gouvernance. Mais au service de quels intérêts et de quelle politique ?

     

    Dominique Carreau, Natacha Valla, Stéphane CosséDominique Carreau, Natacha Valla, Stéphane Cossé  Crédits :Radio France


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :