• Menace imminent sur la banane !

    Source: https://lesbrindherbes.org/2016/10/25/menace-imminent-banane/

     

    A lire attentivement pour bien comprendre le drame environnemental de l’agriculture industrielle monotype et intensive.

    Pour résumer, c’est une fois de plus le grand n’importe quoi.  L’agriculture intensive touche ses limites, la nature réagit, et les gros producteurs de bananes sont grave dans la m….e.  Le problème est que par contagion, les petits sans doute aussi.

    Conclusion, achetez des bananes bio.

    La banane telle que nous la connaissons est-elle appelée à disparaître ?

    La banane est la culture de fruits le plus populaire au monde, avec plus de 100 mille tonnes produites chaque année dans plus de 130 pays tropicaux et subtropicaux. Les bananes comestibles sont le résultat d’un accident de nature génétique qui a créé le fruit sans pépins dont nous jouissons aujourd’hui. La quasi-totalité des bananes vendues dans le monde occidental appartiennent à un  sous-groupe  de l’espèce nommée Cavendish et sont génétiquement presque identique. Ces bananes sont stériles et sa reproduction dépend soit du clonage, soit en utilisant des drageons et des boutures prises à partir de la tige souterraine ou par culture de tissus modernes.

    La banane Cavendish jaune vif est omniprésente dans les supermarché et dans les recettes à base de fruits mais elle est en grave danger. Une maladie fongique (due à un champignon) a déjà dévasté l’industrie bananière une fois dans le passé et si nous ne trouvons pas la cause scientifique du problème, cela pourrait bien se reproduire. Les chercheurs spécialisé sur les plantes, dont nous, travaillons sur la génétique des bananes sauvages et les agents pathogènes spécifiques afin d’éviter un accident avec Cavendish.

    L’un des exemples les plus frappants de la vulnérabilité génétique est venu de la banane elle-même. Jusque dans les années 60 Gros Michel ou Big Mike était la première variété de banane qui poussait dans les plantations industrielles. Big Mike était si populaire auprès des consommateurs à l’ouest que l’industrie de la banane établit toujours plus de monocultures de cette variété. Des milliers d’hectares de forêts tropicales en Amérique latine ont été converties en vastes plantations de Gros Michel.

    Mais la popularité de Big Mike l’a conduite à sa perte quand une pandémie se répandit brutalement dans les plantations au cours des années 1950 et 60. Une maladie fongique appelée fusariose ou maladie de Panama a presque effacé le Gros Michel et amené l’industrie mondiale d’exportation de bananes au bord de l’effondrement. Un agent pathogène transmis par le sol était à blâmer: le champignon infecte la racine de la plante et du système vasculaire. Impossible de transporter l’eau et les éléments nutritifs, les plantes flétrissent  et meurent.

    Fusariose est très difficile à contrôler – il se propage facilement dans le sol, l’eau et par le matériau végétal infecté. Des applications de fongicides dans le sol ou dans la tige de la plante sont pour l’instant inefficaces. En outre, le champignon peut persister dans le sol pendant plusieurs décennies, interdisant ainsi la replantation des plants de bananiers sensibles.

    Le bananier peut subir annuellement  jusqu’à 50 traitements chimiques pour résister.

    Les bananes Cavendish étant résistantes au fusarium, elle ont remplacé petit à petit Big Mike bien qu’elles soient moins savoureuses. Ce fut un vrai défit technologique et logistique et l’industrie de la banane fut entièrement restructurée, et à ce jour, Cavendish représente 47% des bananes cultivées dans le monde et 99% des bananes vendues dans le commerce pour l’exportation vers les pays développés.

    Mais Cavendish a malheureusement ses propres faiblesses – la plus  évidente  étant la susceptibilité à une maladie appelée cercosporiose noire. Le champignon Pseudocercospora fijiensis attaque les feuilles des plantes, provoquant la mort cellulaire qui affecte la photosynthèse et conduit à une réduction de la production et de la qualité des fruits. Si la cercosporiose noire est laissée incontrôlée, les rendements de bananes peuvent diminuer de 35-50%.

    cercosporiose-banane

    Les producteurs Cavendish gèrent actuellement la cercosporiose noire par une combinaison de la taille des feuilles infectées et l’application de fongicides.

    Là encore, chaque année, le bananier peut prendre 50 ou plusieurs applications de produits chimiques pour contrôler la maladie. Cette utilisation intensive de fongicides a des impacts négatifs sur l’environnement et la santé au travail des travailleurs de la banane, et augmente les coûts de production. Il contribue également à la sélection pour la survie des souches du champignon avec des niveaux plus élevés de résistance à ces produits chimiques: les souches résistantes deviennent plus fréquentes, la maladie devient plus difficile de contrôler le temps.

    La culture de la banane par la PHP (Plantations du Haut-Penja) au Cameroun. Epandage de foncigicides par avion.

    La culture de la banane par la PHP (Plantations du Haut-Penja) au Cameroun. Epandage de foncigicides par avion.

    Pour aggraver encore la situation, Cavendish est désormais attaqué par une souche récemment émergé de Fusarium oxysporum, connu comme la race tropicale 4 (TR4). Tout d’abord identifié au début des années 1990 à Taiwan, en Malaisie et en Indonésie, TR4 s’est depuis étendu à de nombreux pays d’Asie du Sud-est et dans le Moyen-Orient et en Afrique. Si TR4 s’étend à l’Amérique latine et la région des Caraïbes, l’industrie de la banane d’exportation dans cette partie du monde pourrait être en grande difficulté.

    Cavendish a montré peu ou pas de résistance contre TR4. Les producteurs comptent sur des solutions temporaires – en essayant de l’empêcher d’entrer dans de nouvelles régions, en utilisant des matériaux de plantation propres et en limitant le transfert des sols potentiellement infectés entre fermes. Black Sigatoka et la maladie de Panama à la fois provoquent des pertes de production graves et sont difficiles à contrôler. Avec la bonne surveillance en place pour intervenir rapidement et  mettre un terme à leur propagation, les risques et les dommages imposés par ces maladies peuvent être considérablement réduits, comme cela a été montré récemment en Australie. Mais les pratiques actuelles ne fournissent pas la solution durable qui est nécessaire de toute urgence.

    S’il y a une leçon à tirer de la triste histoire de Gros Michel,c’est que le recours à un importante et génétiquement uniforme monocultureest une stratégie risquée qui est sujette à l’échec. Pour réduire la vulnérabilité aux maladies, nous avons besoin d’une plus grande diversité génétique dans nos bananiers cultivés.

    Suite et fin de l’article (en anglais) ici :

    https://enjeuxenergies.wordpress.com/2016/10/25/the-banana-as-we-know-it-is-in-imminent-danger/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :