• Le développement de l’auto-entrepreneuriat, de l’économie collaborative, de la concurrence européenne remettent en cause le statut accordé au travail, et les droits sociaux qui lui sont liés. Une harmonisation parait nécessaire…mais dans quel sens ?

    Convergence des droits sociaux : par la gauche ou par la droite ?Convergence des droits sociaux : par la gauche ou par la droite ? Crédits : HP Gruesen - Pixabay (public domain, CC 0)

    Les chauffeurs Uber sont-ils des salariés ou des travailleurs indépendants ? A cette question, l’Urssaf d’Ile de France répond : des salariés. Elle demande donc au groupe américain le paiement de cotisations, à hauteur de quelques millions d’euros. Le petit monde de l’économie collaborative est inquiet : ‘’c’est notre avenir qu’on assassine’’.

    A la SNCF, les négociations se poursuivent autour du projet de nouvelle convention collective. Celle-ci devra s’appliquer à terme à l’ensemble des cheminots, qu’ils appartiennent au groupe public comme au secteur privé, puisque le trafic ferroviaire s’ouvre à la concurrence. Les syndicats sont soucieux : ‘’gare au moins disant social’’

    Ces deux exemples témoignent de la difficulté à faire coexister dans un même secteur, de manière équitable, des entreprises ou des formes de travail qui ne reposent pas sur des règles communes. Dès lors se pose la question de la façon d’harmoniser ces règles, et les droits sociaux qui leur sont liés. Oui mais comment ?

    « Convergence des droits sociaux : vers le bas ou vers le haut ? »

     

    Luc Bérille, Jean-Claude Barbier, Grégoire Leclercq Luc Bérille, Jean-Claude Barbier, Grégoire Leclercq Crédits : CL - Radio France

    Liens

    • Site officiel de l'Union Nationale des Syndicats Autonomes (UNSA)
    • Site officiel de la FÉdération des Auto-Entrepreneurs (FEDEA)
    • Site officiel de l'Observatoire de l'uberisation
    • Nos deux émissions sur le revenu de base : Toute existence mérite-t-elle salaire ? (11/12/2013) Le revenu universel de base est-il une mesure réaliste ? (28/07/2015)
    • Urssaf contre Uber : le mauvais remake luddite (Les Échos)
    • Ubérisation - Des coursiers belges mieux protégés (AlterEco+)

    Intervenants

    • Jean-Claude Barbier : Sociologue, chercheur au Centre d'économie de la Sorbonne
    • Luc Bérille : Secrétaire général de l'Union nationale des syndicats autonomes (UNSA)
    • Grégoire Leclercq : Dirigeant d'entreprise, président de la Fédération des auto-entrepreneurs (FEDAE), co-fondateur de l'Observatoire de l'Ubérisation

    Bibliographie

    Le système français de protection sociale

    Le système français de protection sociale La Découverte, 2009 Jean-Claude Barbier et Bruno Théret

    Toutes les clés pour créer sa boîte... et pour durer ! Être auto-entrepreneur ?

    L'auto-entrepreneur pour les nuls : business First, 2015 Grégoire Leclercq


    votre commentaire
  • Source: http://www.20minutes.fr/politique/1858075-20160602-francois-hollande-tente-calmer-colere-maires-france

    EPORTAGE

    François Hollande au 99e congrès de l'AMFFrançois Hollande au 99e congrès de l'AMF - Christophe Petit Tesson / POOL / AFP

    Thibaut Le Gal

    François Hollande monte sur scène sur un mélange d’applaudissements et de sifflets. Le chef de l’Etat clôturait ce jeudi le 99e congrès de l’Association des maires de France au parc des Expositions de la porte de Versailles à Paris.

    A la tribune, le président de l’AMF, François Baroin, salue d’abord la présence du chef de l’Etat. « Soyez le bienvenu monsieur le président de la République… Car nous avons tant de choses à nous dire ». Le discours du président était attendu. les maires espéraient un geste du gouvernement sur la baisse annoncée des dotations de l’Etat.

    « C’est injuste ! C’est intenable ! C’est trop vite ! C’est trop ! »

    Après les amabilités, le maire de Troyes hausse le ton. « Nous sommes des agents de l’Etat, un peu plus vertueux que l’Etat lui-même » ; « L’Etat doit de l’argent aux communes et aux intercommunalités » ; « Les collectivités refusent le transfert de l’impopularité fiscale qu’on veut leur imposer ».

    >> A lire aussi : Congrès des maires: Que demandent les élus à François Hollande?

    François Hollande écoute patiemment ; à chaque fois, de larges applaudissements couvrent la voix de l’orateur. François Baroin lui demande directement de renoncer à la baisse des dotations en 2017 estimant que la contribution des maires à l’effort de redressement des comptes publics était trop importante. « C’est injuste ! C’est intenable ! C’est trop vite ! C’est trop ! […] Sauvez les investissements publics monsieur le président. Sauvez-nous ! »


    Un tacle aux programmes des candidats de droite

    Comme à son habitude, François Hollande évacue la tension d’une boutade, saluant les ministres présents « qui ont sûrement apprécié les compliments » de François Baroin. Le chef de l’Etat remercie ensuite les maires « pour leur attitude face à l’épreuve que nous a imposée le terrorisme ». Un moyen pour François Hollande de justifier ses décisions : « La trajectoire de réduction des déficits doit être tenue […] L’essentiel aujourd’hui, c’est la protection […] Ce que nous donnons de plus [à nos forces de sécurité], c’est autant de moins pour d’autres fonctions ».

    Le chef de l’Etat tourne quelques minutes autour du pot, puis se lance. « J’ai décidé de diminuer de moitié les efforts demandés aux communes et aux intercommunalités » en 2017, de 2 à 1 milliard d’euros. Dans les applaudissements pointent aussi quelques sifflets. Le président y répond, à sa manière : « Certains auraient voulu que je ne prenne pas cette décision. Certains, pas ici, diront que c’est trop […] Il y a déjà des programmes qui sont énoncés, il ne m’appartient pas ici de les commenter, même si je me retiens… », en référence aux coupes budgétaires annoncées par les candidats de la primaire à droite. Le chef de l’Etat a également annoncé la reconduction du fonds d’investissement d’urgence dégagé pour 2016, qui sera « porté à 1,2 milliard d’euros ».

    « On va devoir faire des choix dans nos communes »

    Dans l’assistance, le sentiment est partagé. « Avec la situation que l’on connaît, je ne m’attendais pas à grand-chose. C’est quand même mieux que rien », réagit le maire socialiste de La Talaudière (Loire), Pascal Garrido. « Comme la majorité ici, je suis déçu. Il a fallu faire des efforts considérables pour rétablir les finances, on espérait l’annulation totale de la baisse des dotations pour 2017 », ajoute son voisin Christian Mollard, maire sans étiquette de Panissières (Loire).

    « Avec ces budgets drastiques, on va devoir faire des choix dans nos communes. A titre personnel, je ne pourrai pas entretenir les 70km de voiries de la ville ». Ces annonces ont en tout cas fait des jaloux. L’Association des régions de France (ARF) et l’Assemblée des départements (ADF) ont indiqué regretter « vivement que ce geste présidentiel ne les concerne pas ».


    votre commentaire
  • Source: http://www.20minutes.fr/economie/1885187-20160708-goldman-sachs-embauche-jose-manuel-barroso-comme-conseiller-brexit

    20 Minutes avec AFP

    Le président sortant de la Commission européenne, José Manuel Barroso, le 31 août 2014 à BruxellesLe président sortant de la Commission européenne, José Manuel Barroso, le 31 août 2014 à Bruxelles - John Thys AFP

    RECASAGE L’ancien président de la Commission européenne doit apporter sa « profonde compréhension de l’Europe » dans le cadre du Brexit…

    La banque d’affaires américaine Goldman Sachs a annoncé vendredi avoir engagé l’ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso pour la conseiller, au moment où le secteur financier est secoué par les craintes autour du Brexit.

    Le Portugais occupera les fonctions de président non-exécutif de Goldman Sachs International, branche internationale du groupe américain basée à Londres, et de conseiller de Goldman Sachs, a précisé la banque dans un communiqué.

    L’« expérience immense » de l’ancien Premier ministre portugais

    « José Manuel va apporter une analyse et une expérience immense à Goldman Sachs, et notamment une profonde compréhension de l’Europe. Nous sommes impatients de travailler avec lui alors que nous continuons à aider nos clients à évoluer au sein d’un contexte économique et de marché incertain et délicat », ont déclaré Michael Sherwood et Richard Gnodde, co-directeurs généraux de Goldman Sachs International, cités dans le communiqué.

    Premier ministre du Portugal de 2002 à 2004, José Manuel Barroso a occupé la présidence de la Commission européenne de 2004 à 2014, période durant laquelle l’Europe et le monde ont été secoués par la grave crise financière de 2008.

    Les banques américaines inquiètes pour la City

    La décision des Britanniques de quitter l’UE, prise lors du référendum du 23 juin, a provoqué un accès de panique sur les marchés, les investisseurs redoutant l’incertitude qui en découle et les conséquences du Brexit sur l’économie.

    >> A lire aussi : Le Brexit donne des sueurs froides aux grandes banques américaines

    Les grandes banques américaines, qui ont d’importantes activités dans le centre financier de Londres, s’inquiètent des conséquences de cette sortie britannique pour leur accès au marché unique européen.


    votre commentaire
  • Source: http://lesmoutonsenrages.fr/2016/05/29/contre-lobsolescence-programmee-ce-site-propose-8-millions-de-pieces-detachees/

     

    Il est possible de réparer soi-même au lieu de remplacer systématiquement, car l’heure n’est plus à l’hyper-consumérisme, mais à l’économie. C’est justement une chose que nous avons tendance à répéter sur le blog, il faut arrêter de consommer, le sens dans lequel notre système évolue n’est pas bon, et nous devons réellement investir dans certaines priorités que dans des futilités. De plus, cela permet de réduire le nombre de nos déchets. Alors pour contrer l’obsolescence programmée qui est une véritable volonté de faire du profit, il y a une solution, apprendre à réparer soi-même, et même lorsque l’on est pas bricoleurs, il y a des moyens d’y arriver, tout n’est qu’une question de méthode…

    C’est là que les sites comme Spareka s’avère intéressant, car il y a beaucoup d’économies à faire pour parfois des pannes qui au final sont ridicules.

    En combinant tutoriels vidéos sur Youtube et un très grand catalogue de pièces de rechange, Spareka vise à redonner aux Français le goût de la réparation. L’objectif : moins de gaspillage.

    9543366-15328236Image d’illustration (Crédit : Kelly Hofer/Wikimedia)

     

    Chaque année, un Français jette en moyenne 22 kilos de déchets électriques et électroniques.

     
    « Pourtant, 50 % des appareils qui arrivent en déchetterie sont réparables », assure Geoffroy Malaterre. En cause : les tarifs des réparateurs, souvent trop proches de ceux du neuf.
    Pour limiter ce gâchis et convertir les Français à la réparation, ce jeune entrepreneur a créé Spareka.fr.
    Source et fin sur Wedemain.fr via Informaction

     

    Maintenant, vous savez où trouver les pièces dont vous avez besoin, reste à savoir comment réparer le matériel en panne. Vous n’êtes pas bricoleurs? Pas de souci, il y a toujours moyen d’apprendre à le faire gratuitement en prévision de pannes éventuelles à venir, soit en tentant sa chance avec Youtube, soit tout simplement en se dirigeant vers un « Repair-café ». Et cela tombe bien, le concept se multiplie à travers la planète:

    Repair cafésPour en trouver un à proximité de chez-vous, le mieux est d’utiliser le site spécialisé Repaircafe.org.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique