• Avec d'autres mathématiciens de la JP Morgan Bank, l'anglaise Blythe Masters a mis au point la formule magique qui a transformé le papier en or et qui a rendu les banquiers complètement fous. Inconnue du public, Blythe Masters est pourtant, selon la formule consacrée du Guardian de Londres ''La femme qui a inventé les armes financières de destruction massive'', armes qui ont, selon Newsweek ''libéré un monstre'' qui est toujours en train de détruire progressivement l'économie mondiale, jusqu'à l'inévitable banqueroute universelle.

    La banquière de la JP Morgan qui a déclenché la crise économique mondiale en inventant les credits default swaps qui ont ruiné les banques. Un livre incroyable qui retrace les véritables raisons de la crise économique actuelle et qui va obliger les français à travailler deux années de plus, juste pour compenser les pertes de Wall Street. En effet, les banques cachent encore une très grande partie des 55 000 milliards de dollars d'emprunts toxiques qu'elles ne reverront jamais en positif dans leurs bilans.

    Le journaliste Pierre Jovanovic retrace dans ce livre comment le destin hors du commun de cette jeune diplômée de Cambridge a involontairement croisé celui de centaines de millions de personnes, mises au chômage par les effets de la crise, simplement parce que tous les banquiers de la planète ont écouté, fascinés, son Evangile des crédits Default Swap au point qu'ils ont fini par copier et plagier sa formule ''magique'' qui les mène, en ce moment même, à leur perte.

    Youtube: Publiée le  3 août 2013


    votre commentaire

  • Youtube: Mise en ligne le 10 oct. 2011


    votre commentaire
  •  Émission n°149 : " La loi du 3 janvier 1973"

    Ce vendredi 21 juin 2013, Méridien Zéro reçoit Pierre-Yves Rougeyron pour évoquer avec lui son ouvrage sur la loi du 3 janvier 1973, la fameuse loi Rothschild qui oblige l'État à emprunter sur les marchés financiers privés.


    Youtube: Publiée le 27 juin 2013


    votre commentaire
  • Source:
    http://www.consommerdurable.com/2010/06/recuperer-l-eau-de-pluie-pour-un-usage-sanitaire-toilettes-le-retour-d-experience-de-frederic/

    En 2005, les personnes qui visitaient ma centrale photovoltaïque me disaient qu’elles auraient bien souhaitées récupérer l’eau de pluie et l’utiliser pour un usage sanitaire (toilette) mais que les systèmes disponibles sur le marché coûtaient trop chers. Suite à leurs réflexions, j’ai entrepris de construire un dispositif de récupération d’eau de pluie à partir de fournitures dont les prix sont peu élevés afin de prouver qu’il est possible de réduire sa consommation d’eau potable avec un investissement limité.
    Récupérer l’eau de pluie pour un usage sanitaire (toilettes) : le principe
    Récupérer l’eau de pluie pour un usage sanitaire

    Le système que nous avons élaboré et monté est très accessible techniquement et nous a demandé un investissement limité (190 euros en 2005).  Il permet de récupérer l’eau de pluie pour alimenter les toilettes. Pour pouvoir s’en servir toute l’année, nous avons placé le réservoir à l’abri du gel dans notre garage. Si l’eau de pluie vient à manquer, nous basculons une vanne et utilisons alors les eaux usées de la salle de bain. Avant de se déverser dans le réservoir de 300 litres, cette eau est épurée à l’aide d’un filtre en nylon. Mais l’eau de pluie manque rarement si le système est bien dimensionné et si vous avez la chance, comme nous, d’avoir des précipitations bien réparties tout au long de l’année.

    Récupérer l’eau de pluie pour un usage sanitaire (toilettes) : l’équipement

    Il comprend  :

    • un réservoir de 300 litres
    • une pompe appelée surpresseur 600 watts/20 litres
    • un filtre à cartouche de nylon à la sortie de pompe
    • un clapet anti-retour, avec filtre 26/34
    • un collecteur filtrant descente PVC 80 à 100
    • un robinet flotteur compact à contre pression
    • deux flexibles d’alimentation
    • un mètre de cuivre de 12
    • un robinet flotteur pour le réservoir du WC
    • quelques pièces de plomberie
    • un filtre à sable

    recuperation-eau-de-pluie-pour-wc

    Maximiser les économies d’eau en installant des réducteurs de débit

    Afin de minimiser notre consommation d’eau, nous avons installé un pommeau économe sur notre douche et équipé les robinets de réducteur de débit. Résultats, nous ne consommons que 6,5 litres d’eau par minute sur les différents points de distribution.

    Récupérer l’eau de pluie pour un usage sanitaire (toilettes) : Le temps de retour sur investissement

    Avec ces petits investissements, notre facture d’eau potable a diminué de 55 %. Notre consommation est passée de 71 m3 à 32 m3 par an (4 personnes à la maison).  Sachant qu’en 2009, le m3 d’eau coûtait 3,70 euros dans notre région, nous avons économisé près de 120 euros. Étant donné que nous avons dépensé 190 euros pour nous équiper, l’amortissement du système sera très rapide (un peu plus d’un an).

    Les précautions d’utilisation

    L’entretien :

    • nettoyer le réservoir de 300 litres une fois par an
    • quand l’eau en provenance de la salle de bain est utilisée, nettoyer le filtre des eaux usées 1 à 2 fois par semaine pour éviter les odeurs
    • nettoyer le filtre à la sortie du surpresseur une fois par an
    • on peut mettre un peu d’eau de javel dans le réservoir une fois par mois, lorsqu’il est plein, pour éviter les bactéries
    • quand on récupère l’eau de pluie, il est recommandé d’avoir des gouttières propres, éventuellement placer un stop-feuilles en haut de la descente de gouttière

    La législation :

    • Connexion entre réseaux

    Parce que les eaux de pluies ne respectent pas les limites de qualité réglementaires définies pour l’eau potable, tout raccordement, qu’il soit temporaire ou permanent, du réseau d’eau de pluie avec le réseau de distribution d’eau destinée à la consommation humaine est interdit. Néanmoins, pour satisfaire les besoins lorsque le réservoir de stockage d’eau de pluie est vide, l’appoint en eau du système de distribution d’eau de pluie depuis le réseau de distribution d’eau destinée à la consommation humaine est assuré par un système de disconnexion par surverse totale installé de manière permanente.

    • Signalisation

    Les canalisations de distribution d’eau de pluie, à l’intérieur des bâtiments, sont repérées de façon explicite par un pictogramme « eau non potable », à tous les points suivants : entrée et sortie de vannes et des appareils, aux passages de cloisons et de murs. A proximité immédiate de chaque point de soutirage doit être implantée une plaque de signalisation qui comporte la mention  » eau non potable  » et un pictogramme explicite.

    • Entretien

    Les équipements de récupération de l’eau de pluie doivent être entretenus régulièrement, notamment, par l’évacuation des refus de filtration. Le propriétaire vérifie régulièrement : la propreté des équipements de récupération des eaux de pluie ; l’existence de la signalisation des réseaux et des points de soutirage ; le bon fonctionnement du système de disconnexion. Le propriétaire établit et tient à jour, un carnet sanitaire et informe les occupants du bâtiment des modalités de fonctionnement des équipements.

    • Obligation de déclaration

    Les eaux récupérées et utilisées à l’intérieur du bâtiment qui sont renvoyées vers les égouts sont soumises à la taxe d’assainissement. Le propriétaire fait une déclaration d’usage en mairie, telle que prévue à l’article R 2224-19-4 du code général des collectivités territoriales.

    photo_googelCet article a été rédigé  par Frédéric Wetzel. Vous pouvez avoir des  renseignements  complémentaires sur son installation en laissant un  commentaire à cet  article ou en allant sur son  site : je   veux sauver la planète.


    votre commentaire

  • Youtube: Publiée le 23 janv. 2013


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique