• Colère de Daniel Balavoine face à François Mitterrand



    Mise en ligne le 18 janv. 2012

    19 mars 1980
    Voilà pourquoi aussi j'aime Daniel Balavoine, pour sa franchise !!! 
    Il manque à la France Daniel, les politiques auraient de quoi avoir peur encore une fois s'il était toujours de ce monde...... il avait peur de rien et de personne. Il osait dire tout haut ceux que les autres pensent tout bas, il montait au créneau pour dénoncer les injustices, fort en gueule au grand coeur, BALA faisait peur....

    Daniel Balavoine, le chanteur engagé

    De nombreux artistes, soutenant François Mitterrand, se sont démarqués au cours de ses quatorze années de présidence. Daniel Balavoine, lui, "ouvre sa gueule" dès la campagne de 1981. S'il n'a jamais été encarté, l'interpellation du chanteur, pourtant "de gauche", à l'égard du politique, en plein débat télévisé, a marqué les esprits :

    J'ai d'abord apprécié le chanteur de la colère et de la tendresse, qui avait su trouver des mots et des sons en accord avec les sentiments de la jeunesse de son temps. J'ai ensuite rencontré et apprécié le révolté et l'homme de coeur, celui qui avait mis sa notoriété au service de la plus grande des causes, celle de la justice et de la lutte contre la faim dans le monde. La jeunesse de France n'oubliera pas de sitôt celui qui lui a donné une si grande leçon de vie, en allant au bout de ses passions .
    François Mitterrand (Paroles et musique, décembre 1986).

    Il fait aussi sensation le 19 mars 1980, lors d'un débat au journal de midi sur Antenne 28 au cours duquel il prend à partie François Mitterrand, alors premier secrétaire du Parti socialiste et par la même occasion les journalistes présents sur le plateau, les accusant d'ignorer les problèmes de la jeunesse dans un monologue resté célèbre. Les médias l'érigent alors en porte-parole de cette même jeunesse, rôle duquel il désirera toujours se défaire estimant que ce n'est pas du tout ce qu'il désirait. Créant la polémique, il devient désormais un invité incontournable des émissions-débats9, devenant un "bon client" aux yeux des médias. De par cette intervention, il est catalogué comme chanteur engagé dans l'esprit du grand public.

    En bon ami, il soutient à l'époque la candidature de Coluche à l'élection présidentielle. Après le retrait de cette dernière, François Mitterrand lui demandera de se joindre à sa campagne ; Balavoine sensible aux idées de gauche, chantera dans la première partie de ses meetings pendant quelques semaines avant de se rétracter, refusant ce qu'il estime être une récupération politique.

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :